La version de votre navigateur est obsolète. Nous vous recommandons vivement d'actualiser votre navigateur vers la dernière version.

Partagez-nous

LOGICIEL CUMA: Dynacom apportera une série de changements à sa grille tarifaire qui touchera tant le prix des licences d'utilisation que l'abonnement au programme de soutien Service Privilège prochainement.______ IMMATRICULATION DES VÉHICULES EN CUMA: Avec l'élection d'un nouveau gourvenement de la CAQ, l'Association poursuit ses démarches afin de faire à nouveau reconnaître les CUMA comme "producteur agricole" auprès de la SAAQ.______FACEBBOOK: plus de 300 membres partagent désormais la page Facebook de l'Association des CUMA du Canada merci de votre intérêt!_____PRIX DES ÉQUIPEMENTS: Avec la hausse du prix de l'acier sur le marché mondial, les équipements agricoles subiront une pression sur leur prix de vente ce qui peut représenter un frein à la bonne reprise économie.

SOYEZ AU FAIT: INTERNATIONAL

 

Case IH et Zasso inaugurent le désherbage électrique avec XPower

 L'entreprise suisse Zasso développe un système de désherbage par électrocution que Case IH asservit à différents capteurs et à la conduite. Une alternative sérieuse à la chimie. Médaille de Bronze au Sima 2019 de Paris.

 

 « L’originalité de cette solution est qu’elle présente une action systémique. Le courant détruit à la fois la partie aérienne mais aussi la biomasse reproductive racinaire, empêchant ainsi la plante de se régénérer. Dans les essais, le nombre de repousses d’adventices après 3 ou 6 mois est d’ailleurs comparable à celui des parcelles traitées au glyphosate ». Ainsi s’exprimait Benjamin Ergas, directeur de la société suisse Zasso Group AG. L’électrocution est efficace contre les graminées et dicotylédones  annuelles, indépendamment de leur hauteurs. Elle est moindre sur certaines plantes pérennes, notamment celles à systèmes racinaires diffus, où deux à trois passages peuvent être nécessaires. Concernant les conditions d’application, l’effet destructeur est amplifié en conditions séchantes. Les conditions relativement moins favorables se rencontrent à l’aube, lorsqu’il peut y avoir de la rosée et que les plantes à détruire sont proches du sol.

Jusqu’à 10 km/h et 30 l/ha de carburant

Le système XPower se compose d’une génératrice de courant, attelée à l’arrière du tracteur et animée par la prise de force. Le courant continu (5.000 à 15.000 V) est acheminé vers une première rangée d’applicateurs métalliques, disposées frontalement à l’avant du tracteur. Le courant, qui progresse au contact de la végétation jusqu’aux racines, éclate les vaisseaux et endommage les cellules. Le courant transite par le sol et remonte dans une seconde rangée d’applicateurs, ce qui a pour effet de fermer le circuit. La vitesse d’exécution est comprise entre 3 et 5 km/h mais le constructeur escompte atteindre les 6 à 10 km/h avec des applicateurs avancés. La consommation de carburant est comprise entre 5 l/ha et 30 l/ha selon la flore en présence. Selon la météo et les adventices en présence, le flétrissement s’opère dans un laps de temps compris entre quinze minutes et plusieurs jours.

Commercialisation en 2019

L’applicateur XPower proposé par Case IH développe une largeur de travail comprise entre 1,2 m et 3 m. Le constructeur apporte une valeur ajoutée au système au niveau du pilotage de l’avancement et de la charge électrique, grâce à différents capteurs, capable d’interférer sur les commandes du tracteur grâce à l’Isobus de classe 3. Le système, qui sera commercialisé en 2019, fait l’objet d’une évaluation de la part d’Arvalis et de l’IFV. Selon Zasso, il présente tous les gages de sécurité vis à vis des opérateurs (zéro contact entre les applicateurs, arrêt automatique en cas de court-circuit...). Il est aussi conforme aux valeurs seuils de compatibilité́ électromagnétique (CEM). Il serait aussi sans impact sur les organismes vivants du sol. 

source:  Raphaël Lecocq

 

 

X Power

 

Record : Une Lexion 760 récolte 1620 tonnes de maïs en 12 heures

 
C’est au volant de sa Lexion 760 Terra Trac que Bob Stewart a battu un nouveau record en récoltant 1620 tonnes de maïs en douze heures.

Avec une récolte de 1111 tonnes de maïs en huit heures et de 1620 tonnes en douze heures, l’entreprise familiale Stewart Farms Partnership de Yorkville dans l’Illinois, a enregistré deux nouveaux records au livre des records Guiness avec une moissonneuse Claas Lexion 760 Terra Trac (Tier IV Final). 

Plusieurs concours d’endurance se sont tenus lors de la récolte de maïs par le passé. En 2001, une Caterpillar Lexion 485 (identique à la Lexion 480 de Claas) avait récolté 487,62 tonnes de maïs en huit heures. En 2011, nouvel exploit avec une Lexion 760 Terra Trac, également chez les Stewart. Après huit heures de récolte sans arrêt, 1299,35 tonnes de maïs avaient été récoltées.

Plus puissante, dotée d’une trémie plus grande et un système de refroidissement plus efficace, la tentative de record a été encore plus facile qu’en 2010. Mais c’est aussi par son système de réglages automatiques Cemos Automatic que la Lexion pouvait cette année faire la différence. Outre l’adaptation de l’ensemble des réglages de battage, le système détermine automatiquement la vitesse d’avancement grâce au Cruise Pilot, ce qui permet d’optimiser les performances en permanence. Les règles ont elles aussi évolué. Le règlement actuel applicable aux records mondiaux du Guiness permet des records de récolte sur huit et douze heures. L’équipe a décidé de cibler ces deux records et de déterminer au passage la valeur du poids récolté après dix heures, déjà établie par le passé. Cela permet de comparer les performances de 2008 à celles de 2018.    

135 tonnes récoltées par heure

La tentative de record a débuté le 26 septembre 2018 peu avant 9 heures. Armée d’un cueilleur 16 rangs, la Lexion 760 Terra Trac pilotée par Bob Stewart a été confrontée à des conditions humides. La veille encore, 12 mm de pluie étaient tombés. Les premiers semi-remorques ont livré un maïs à 17-18 % d’humidité. Le nombre de camions nécessaires afin de garantir une évacuation continue du maïs s’est avéré être un défi de taille.

Après huit, dix et douze heures, le maïs a été transbordé au stand installé en bordure du champ jusqu’à ce que la machine soit complètement vidée. Ainsi, les résultats intermédiaires exacts ont pu être mesurés. Après huit heures, la balance affichait 1111 tonnes. Deux heures plus tard, le compteur était à 1379,35 tonnes. Le record mesuré à 10 heures dépasse donc le précédent de plus de 6 %. Deux heures plus tard, le résultat final de 1619,8 tonnes était établi. Ainsi, avec ce record, la Lexion 760 Terra Trac a enregistré une performance de près de 135 tonnes par heure, soit un chargement de poids-lourd toutes les douze minutes.

source: Mathieu Bonaventure

Record

Michelin Evobib : le pneumatique deux en uncapture You Tubecapture You Tube

 Le pneumatique Michelin Evobib primé d’une médaille d’or aux derniers Sima Innovation Awards est un pneumatique deux en un. « C’est un projet mené conjointement avec des agriculteurs pour répondre au dilemme des pneumatiques de compromis entre le champ et la route. Nous avons donc conçu un pneu pour répondre à cette attente avec le développement du nouveau Michelin Evobib », nous a expliqué Benoît Puel, Business segment manager for innovative products and service OHT pour le groupe Michelin.

 « À haute pression, le pneu travaille uniquement sur sa bande de roulement centrale, c’est-à-dire que les pavés additionnels sur les flancs remontent sur les côtés. À basse pression, ils descendent au niveau du sol et travaillent sur toute sa longueur, mais aussi sa largeur, pour une augmentation de 20 % de surface au contact de la parcelle. Ainsi la terre est moins tassée, permettant un accroissement des rendements agronomiques.

 Ce pneumatique est conçu spécifiquement pour le télégonflage. L’intérêt pour l’agriculteur est d’avoir deux pneus en un pour optimiser les performances sur route avec une consommation plus faible et une longévité plus importante. Au champ, il devient possible de travailler avec une pression plus faible en protégeant son capital sol tout en gagnant en productivité. En effet, la capacité de traction augmente de 20 ch utiles. Cela se traduit, pour un tracteur de 300 ch, par une puissance disponible de 340 ch pour une meilleure productivité des chantiers. »

 Michelin investit de manière importante dans le monde agricole pour la protection des sols notamment. « C’est un élément clé des objectifs et des ambitions du groupe. » Pour faciliter la mise en œuvre du télégonflage, Michelin devrait proposer dès la fin de l’année. 

source: • Terre-net Média

Une faneuse qui travaille autrementMartin Morona a reçu un prix pour cette innovation au Henty Machinery Field DaysMartin Morona a reçu un prix pour cette innovation au Henty Machinery Field Days

La faneuse Multi-Ted 12-6 du constructeur australien Berrima est dédiée aux fourrages fragiles de type luzerne. Elle a beaucoup de dents et une faible vitesse de rotation. Particularité: au lieu de secouer le fourrage, la faneuse Berrima refend simplement les andains en deux et déplace ces demi-andains vers du sol sec afin de finaliser le séchage. Elle travaille 3 andains à la fois. Le fourrage du centre est écarté suffisamment pour laisser la largeur du tracteur qui passera ensuite pour andainer. Celui des extérieurs est, pour sa part, ramené vers le centre. Le châssis télescopique de la 12-6, taillée pour 3 andains, permet d’adapter la machine à différentes largeurs de coupe des faucheuses conditionneuses. Ce matériel a reçu ces jours-ci un prix de l’innovation («Greater Hume Shire Award»), au salon australien Henty Machinery Field Days.

source: ascal Bordeau, Entraid'

Le SuperMaxx de Güttler a les dents longues !

Güttler dévoile son déchaumeur polyvalent nommé SuperMaxx. Un outil capable de s'adapter à la situation et à la saison. Il suffit d'ajouter ou de retirer des dents. Sa conception légère et néanmoins robuste nécessite moins de puissance de traction. Combiné à un semoir pneumatique, l'outil permet aussi de gagner du temps pour semer des engrais verts ou des cultures dérobées.

 Güttler joue la carte de la différenciation grâce à son déchaumeur modulable baptisé SuperMaxx. Sa conception robuste et légère lui permet de s'adapter à n'importe quelle situation, en été comme en automne, à petite ou grande profondeur. Le constructeur prend le contre-pied du marché sans oublier les défis agronomiques et économiques que rencontrent les agriculteurs.

SuperMaxx-Guttler-capture You TubeSuperMaxx-Guttler-capture You Tube

SuperMaxx-Guttler-capture You TubeSuperMaxx-Guttler-capture You Tube

SuperMaxx-Guttler-capture You TubeSuperMaxx-Guttler-capture You Tube

Côté agronomique, le SuperMaxx répond à plusieurs problématiques telles que la destruction des adventices déjà en place, la germination de celles en terre et la création d’un lit de semence optimal pour la culture suivante. Pour y parvenir, la marque mise sur sa dent. Contrairement aux modèles concurrents, la dent Güttler vibre de 0 à 15 cm et se durcit dès que la profondeur de travail augmente. Chaque dent possède des pointes ou des pattes d’oies. Elles cassent les mottes de terres et sectionnent les racines des mauvaises herbes. Cette technique aère le terrain pour favoriser la régularité de la levée. 

Question économique, les défis sont nombreux et très complexes. Les ingénieurs installent plus de dents de plus petite dimension. Résultat : le déchaumage demande moins de puissance de traction. Avec un outil de 5 m de largeur de travail, un tracteur de 100 ch suffit. Autre point : la modularité. En combinant le déchaumeur à un semoir pneumatique, le dispositif offre la possibilité de semer une culture dérobée ou un engrais vert directement après le désherbage. Résultat : moins de passages et moins de temps passé.

source: • Terre-net Média

Banc d'essai

Le Claas Axion 920 confirme ses qualités au travail du sol, mais ne réalise pas un véritable virage numérique. L’Axion génération 2018, c’est l’occasion pour le constructeur Claas de commercialiser son nouvel ordinateur de bord Cebis. A l’ère du tout numérique, nous l’attendions. C’est un écran de bonne dimension (12 pouces), tactile et en couleur. Il doit permettre de régler l’ensemble des fonctionnalités du tracteur et de moderniser la précédente interface. A première vue, c’est ludique, mais il reste limité en fonctionnalités.

Aux champs, il en impose. Ses dimensions généreuses donnent tout de suite le ton de l’essai de cette dernière génération de tracteur: 2,75 m de large, 5,7 m de long pour un empattement de 3,15 m. Sous le capot, un moteur de 8,7 litres de cylindrées FPT, qui développe 325 ch en puissance max. Les retours à la traction sont bons.  

CoEntraid'Entraid'Entraid'

Contenu

Contenu